Développer sur Méga Drive : Part 1

Ceux qui me connaissent savent que j’apprécie les jeux vidéo, surtout les « vieux » jeux, et plus précisément les jeux et les consoles de la marque SEGA et je suis tombé il y a peu sur un SDK (Software Development Kit) permettant de développer facilement (en C) des applications pour la Mega Drive.

Je ne pouvais donc pas passer à côté sans jouer avec et j’en profite pour écrire quelques articles sur le sujet.

Présentation

La Mega Drive (Genesis aux US), est une console 16bits de SEGA sortie fin 1988 au japon, pour connaître son histoire je vous invite à lire sa page sur wikipedia.

Elle possède un CPU principal Motorola 68000 (7.6Mhz) et un coprocesseur Z80 (3.58Mhz)  très souvent utilisé pour gérer la partie son et qui permet aussi une rétrocompatibilité totale avec les jeux Master System le tout agrémenté de 64Ko de RAM (dont 32 accessibles par le Z80).

Au niveau vidéo, le VDP (Video Display Processor) permet d’afficher avec des résolutions de 320×224 et 256×224 (ou 320×240 et 256×240 pour les versions PAL), nous reviendrons en détail sur la partie vidéo plus tard.

Prérequis

  • Le SDK, récupérer les sources sur ce dépot git et les compiler.
  • Un éditeur de texte, Vim est parfait pour ça.
  • Gens KMod qui est une version de l’émulateur modifié avec pas mal d’options de debug (fonctionne très bien sous linux avec Wine).

On se lance dans le premier programme

Comme tout le monde nous allons faire un petit « Hello Wolrd » que nous enrichirons au fur et à mesure de notre apprentissage.

#include <genesis.h>

int main()
 {

       VDP_drawText("GENESIS HELLO !", 1, 1);

       while(1)
        {
                VDP_waitVSync();
        }
        return (0);
 }

Petite analyse du code :

  • L’inclusion du début permet de charger les entêtes des librairies fournies par le SDK.
  • VDP_drawText sert a afficher du texte suivant les coordonnées X et Y données ensuite.
  • Le while sert juste a avoir une boucle qui tourne dans laquelle nous pouvons faire plusieurs choses (lire les informations du joypad, mettre à jour des variable, modifier l’affichage …) et surtout on y met dedans le VDP_waitVSync qui permet de caler la boucle sur le rafraîchissement de l’affichage de la console 50Hz en PAL et 60Hz en NTSC.

Plus qu’a compiler notre programme avec le Makefile fournis dans le SDK pour simplifier les choses :

make -f /opt/gendev/sgdk/mkfiles/makefile.gen 

La compilation nous crée deux répertoires à la racine du projet. Le premier est nommé src dans lequel on retrouve deux fichiers :

rom_head.c qui contient les métadonnées concernant la rom (Copyright, Nom, Zone…).

sega.s qui lui comprends le code nécessaire au boot du programme sur la console.

Dans le dossier out nous trouvons les fichiers objets (.o) et les binaires résultants de la compilation. Celui qui nous intéresse est le fichier rom.bin qui est la rom de notre programme.

Il ne reste plus qu’à l’ouvrir dans un émulateur pour voir le résultat.

Dans la prochaines partie nous verrons comment récupérer les information d’un joypad et comment débugger simplement ses programmes.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s