Partageons la 3D

Pas trop de temps en ce moment je fais juste un petit billet pour faire un peu de pub pour 3D Hubs et… pour moi 🙂

3dhus

3D Hubs est une start-up Hollandaise (pays très impliqué dans l’impression 3D au passage) qui permet aux possesseurs d’imprimantes 3D de mettre a disposition du public son imprimante afin que tout le monde puisse avoir accès a cet outil merveilleux.

L’idée est simple, vous avez un imprimante, vous vous inscrivez sur le site en donnant des informations (type d’imprimante, types de matériaux, couleurs…) et en fixant le prix de l’impression.

Le client lui choisi un « imprimeur » près de chez lui et envoie son fichier sur le site et vous l’imprimez, rien de plus simple :). Grâce à ce concept vous rencontrerez ensuite la personne qui vous à imprimé l’objet en allant le chercher.

Une expérience intéressante et ludique pour découvrir cette technologie de plus en plus répandue.

Maintenant un peu de pub, pour commander sur mon hub : http://www.3dhubs.com/toulouse/hubs/brice .

Merci d’avance et bon week-end.

 

Stripe.io le système de paiement au bon karma

Bonjour,

stripeJe vais vous parler de Stripe.io, un système de paiement qui existe depuis quelques années, mais qui n’est disponible que depuis le début de l’année sur le territoire français, dont l’avantage est de fournir une API afin de s’intégrer facilement dans votre site. J’ai pu l’expérimenter pour mettre en place le paiement de la cotisation du lab http://paiement.tetalab.org (design by Sack).

Pour faire quoi ?

C’est très pratique pour mettre en place un système de paiement pour une association (cotisations, dons, évènements, …) accessible depuis le web ou par mobile pour un coût à la transaction de 2.9% + 0.30$. 

Mais il y a Paypal ?

En effet il y a Paypal, mais Stripe est différent :

  • pas besoin d’avoir un compte sur Stripe pour pouvoir payer
  • vous intégrez le module de paiement directement dans votre site, le  client reste donc « chez vous »
  • Stripe propose des librairies et des exemples de code, de mise en œuvre pour pas mal de langages https://github.com/stripe
  • Stripe a un meilleur Karma 😀

La mise en œuvre

  1. créer un compte sur Stripe, on rempli les informations et on l’active
  2. (Optionnel mais très recommandé) prendre un certificat SSL (https://www.namecheap.com/ en propose a 6.56 euro pour l’année, testé et approuvé)
  3. intégrer le code dans son site (avec tous les exemples qu’il y a c’est facile)
  4. recevoir le pognon

Conclusion

Les plus :

  • Simple d’utilisation
  • Pas d’abonnement
  • Intégration directe dans le site
  • Interface de test très pratique pour éviter de tester avec sa CB
  • Possibilité de gérer un compte à plusieurs

Les moins :

  • Les transferts ne sont pas programmables (pour le moment)

 

Parlons en OSC

Bonjour, on s’ennuie alors on fait un peu de technique 🙂

L’idée ?

Contrôler depuis son PC une LED RGB :

On va donc faire un programme en Arduino qui tournera sur la Galiléo, il recevra les messages OSC pour controler la LED; coté PC on fera un petit programme en Processing.

OCS ?

logo berk

OSC ( http://opensoundcontrol.org/implementations) a été développé par l’université de Berkeley pour interfacer des ordinateurs (et autre bijoux technologiques) et des périphériques multimédia (synthétiseurs, platine, éclairages, …) qui sont connectables en réseau. OSC est de plus en plus utilisé par les artistes et autres bidouilleurs, on trouve des librairies pour l’utiliser avec la plupart des langages de programmation.

Processing ?

processinglogo

Processing ( https://processing.org/ ) est à la fois une librairie JAVA et un environnement de développement crée par des artistes pour simplifier l’accès à l’art numérique sans avoir à trop s’y connaitre en programmation. Tout cela est bien sûr ouvert et on peut trouver de nombreuses librairies pour rajouter des fonctionnalités.

Avant de commencer …

Il nous faut :

C’est parti !!!!

Le code côté Galileo :

https://github.com/tmator/GalileoOSCsample/blob/master/GalileoOscRgb/GalileoOscRgb.ino

Le code côté Processing (n’oubliez pas l’image qui va avec dans le dépôt).

https://github.com/tmator/GalileoOSCsample/blob/master/RGBOSCDemoProcessing/RGBOSCDemoProcessing.pde

Bonne création,

Brice

Oxygénez vous c’est le printemps

Un petit bonjour sous le soleil printanier pour vous parler (très) rapidement de l’oxygène en canette.

 oxygene

La canette ci-dessus contient 4 litres, elle mesure environ 20 cm de haut et c’est tout léger 🙂

A quoi ça sert ? 

C’est de l’oxygène médical, ça veut pas dire pour autant qu’on se soignera avec… Mais ça peut donner un coup de pouce en cas de réveil difficile, léger mal de tête ou pour supporter une réunion difficile. On est loin de l’euphorie espérée mais après en avoir pris on se sent tout simplement bien. (bon on rigole aussi plus facilement).

Environ 12 euros la canette port compris (un peu cher oui…), dans certaines grandes villes on trouve des bars à oxygène pour en consommer sous différents goûts (quelqu’un en connait sur Toulouse ?).

Bon début de printemps à vous,

Brice.

Un petit tour de Galileo

J’ai eu la chance d’avoir une carte Galileo et je l’ai trouvé bien sympathique donc je vais en dire deux mots. Pour commencer quelques photos de la boite, car je la trouve jolie 🙂

photo 2

photo 1

A quoi que ça sert ?

C’est tout simplement un mini PC avec un Arduino embarqué. L’idée de la carte est de faciliter les installations un peu complexes à base d’Arduino qui souvent nécessite un PC ou certains shields additionnels (ethernet, usb-host, sd,  …).

Un petit tour rapide de la carte :

  • CPU X86 à 400 Mhz
  • 256 Mo de ram
  • Lecteur SD (permet de stocker une image linux plus complète que celle embarquée et les sketchs)
  • Connecteur RJ45 10/100 Mb
  • Slot Mini PCIe2 pour ajouter par exemple du wifi, bluetooth, …
  • Port USB Host
  • Des ports série

photo32 photo 4

Pour quoi j’en parle ?

J’ai beaucoup apprécié les possibilités d’ES de la carte, l’intégration des différents ports à Arduino (par exemple si l’on ajoute une carte Wifi PCIe on peut l’utiliser avec la librairie Arduino).

J’ai surtout tripé sur le fait de pouvoir s’amuser avec les GPIO directement depuis le linux tout simplement en faisant des « echo », un petit exemple pour allumer la led (on peut aussi faire avec du python, du c, … mais c’est beaucoup moins marrant) :

#!/bin/sh
# la led est connecté sur le pin 3
# on ajoute le port gpio dans la liste des ports dispo
echo 3 > /sys/class/gpio/export

#on dit qu’on l’utilise en mode « sortie »
echo out > /sys/class/gpio/gpio3/direction

#on envoie 1 la led s’allume
echo 1 > /sys/class/gpio/gpio3/value

Conclusion

Ma conclusion ne conclue rien du tout car cette carte a encore beaucoup de choses à dévoiler je pense, le seul bémol actuelle et que certaines librairies (soft serial par exemple) ne fonctionnent pas car toutes les fonctions AVR n’ont pas encore été portées.